Expositions en cours

Le musée conduit une politique dynamique en mettant en œuvre, chaque année, une série d’expositions, afin de faire valoir à la fois ses collections et ses lieux.

 

Exposition "Autour de Greuze, Demandes aux Cieux"

Du 1er avril au 30 octobre 2017

 

expo temporaire HOD2016

Jean-Baptiste GREUZE, La Sainte famille, dessin (pierre noire, plume, lavis d’encre de Chine et sépia sur papier. © Hôtel-Dieu/Musée Greuze,
photographie P. Plattier

 

Il s’agit d’une thématique rarement traitée jusque-là, celle de l’aspect mystique d’œuvres de Jean-Baptiste GREUZE (1725-1805). Ce travail a souvent été oublié du public au profit des scènes moralisantes, des figures de caractères, des portraits ou des représentations de jeunes filles évanescentes.

Le sujet renvoie à la piété du peintre. Tôt dans sa carrière, à l’âge d’environ quinze ans, lorsqu’il débute en peinture, notre artiste n’hésite pas à représenter un Saint-François d’Assise, tableau destiné à orner l’église de la Madeleine à Tournus. L’œuvre est aujourd’hui accrochée dans la salle consacrée aux originaux du maître tournusien. 

Affiche exposition Greuze 2017Le cabinet d’art graphique présente des têtes de jeunes filles ou de femmes en prière. Elles invoquent le ciel, demandent, implorent ou forment un vœu. Elles s’adressent à Dieu -comme la jeune Thaïs- ou plus rarement dans un contexte mythologique, à l’Olympe. Parfois leurs expressions paraissent pathétiques, voire tragiques.

A ces images s’ajoutent des scènes faisant référence à des actions de piété -la compassion, le repentir, le bénédicité- ou de charité chrétienne. Prêtres ou religieux célèbrent l’Office divin et interviennent dans la vie de tous les jours auprès des croyants, par des conseils par exemple. Un homme lit la Bible à sa famille, allusion greuzienne à la foi protestante. 

La pièce centrale de l’exposition est un dessin appartenant au musée Greuze. Il représente une scène du Nouveau Testament, La Sainte famille. Joseph, Marie et l’Enfant Jésus se reposent lors d’une halte pendant la Fuite en Egypte. La liberté de création et la vivacité du lavis sont ici remarquables. 

Cette exposition temporaire offre au regard des originaux de Greuze ainsi que des documents graphiques d’après l’œuvre du maître tournusien (gravures et lithographies). Dessins et estampes sont mis en relation. 

Le musée des Beaux-Arts de Dijon et le musée de Louhans contribuent à la manifestation par des prêts exceptionnels d’œuvres originales. Edgar Munhall spécialiste mondial de Greuze, conservateur honoraire de la Frick collection de New York, a aussi apporté son aide à la réalisation de la manifestation. 

 

Exposition "Paul Perreaut, peintre"

Du 29 avril au 03 septembre 2017

 

Paul PERREAUT, Inondation, gouache sur papier. © Hôtel-Dieu/Musée Greuze, photographie P. Plattier

 

Paul PERREAUT (1908-1979),nait dans une famille d’artistes de Tournus. Il commence à peindre dès le plus jeune âge dans l’atelier familial en utilisant les matériaux mis à sa disposition. Très tôt, il est sensibilisé à l’Art par son grand-père devenu conservateur du musée Greuze, après la mort de Jean Martin, fondateur du musée dédié au maître tournusien du siècle des Lumières. 

 

Paul se familiarise avec la technique du dessin (crayon, mine de plomb, marqueur, fusain, lavis, gouache) et aussi celle de la peinture à l’huile. Ses pérégrinations et vagabondages dans la campagne alentour le poussent à dessiner et à peindre des paysages sur le motif : vues de la montagne en Tournugeois et Mâconnais (principalement des domaines viticoles), plaine de la Saône côté Bresse (avec les inondations), vues de la vieille ville de Tournus (Abbaye Saint-Philibert, ancien pont suspendu, rues historiques). 

Pour des raisons pratiques, il préfère peindre à l’huile sur panneau, un peu comme le faisaient à la même époque les peintres alpinistes de Savoie. Le panneau, plus léger et résistant que le châssis sur toile, se prête bien aux études en plein air. 

Il participe au Salon des Artistes français à Paris et son art est primé en 1978 au Salon des Beaux-Arts de Lyon où il reçoit la médaille d’or. Il expose également en France et à l’étranger (Allemagne, Belgique, Suisse, Etats-Unis). L’Etat lui décerne également le titre d’officier des Palmes académiques. 

On retiendra de ce peintre bourguignon son approche rapide et précise des motifs avec un trait sûr et des couleurs appropriées aux saisons ou à une ambiance particulière, la brume sur la Saône par exemple. 

L’exposition propose au public de partir à la découverte de sa peinture et d'en garder le souvenir grâce à un catalogue édité pour l'occasion.

Des prêts issus du musée des Ursulines de Mâcon, du musée de Louhans et de collections privées, contribuent à une meilleure connaissance du travail artistique de Paul Perreaut.